Le Gouvernement du Grand-Duché du Luxembourg
metavers

Le marché du métavers, quel avenir ?

Souvent considéré comme la prochaine itération d'internet, le métavers devrait jouer un rôle clé dans la transformation digitale de l'économie. Mais s'agit-il simplement d'un battage médiatique ou d'une tendance avec une réelle substance ? Nous avons rencontré Arnaud Lambert et Sara Bouchon chez Luxinnovation pour en savoir plus.

« Imaginez un monde virtuel où des milliards de personnes vivent, travaillent, achètent, apprennent et interagissent les unes avec les autres – le tout dans le confort de leur canapé dans le monde physique ». C’est ainsi que Techtarget.com introduit le métavers, un concept qu’il définit comme « un espace virtuel 3D unique, partagé, immersif, persistant où les humains vivent la vie d’une manière qu’ils ne pourraient pas faire dans le monde physique ».

Concept au stade précoce

« Aujourd’hui, nous utilisons des technologies telles que la réalité virtuelle ou mixte, ou les jumeaux digitaux, qui impliquent toutes des interactions avec des copies digitales d’objets physiques. Mais le métavers va beaucoup plus loin : c’est un nouveau monde, offrant une immersion totale et un vrai sentiment de présence dans un environnement virtuel qui a des liens forts avec la réalité », explique Arnaud Lambert.

Le métavers va beaucoup plus loin : c’est un nouveau monde, offrant une immersion totale et un vrai sentiment de présence.

La croissance attendue est énorme : GlobalData a fait état d’une taille de marché métavers de 22,8 milliards de dollars en 2021, mais prévoit qu’il atteindra la somme stupéfiante de 996,4 milliards de dollars en 2030. « Le potentiel semble illimité, et le métavers devrait avoir une énorme influence sur la société », dit Arnaud Lambert et le compare aux premiers stades d’internet qui, bien que très limité au début, a révolutionné nos vies privées et nos pratiques commerciales. « En même temps, le métavers est encore à un stade de développement très précoce. Les attentes doivent encore être confrontées à la réalité, et les défis technologiques sont énormes ».

Le Luxembourg et le métavers

En tant que technologie disruptive et catalyseur d’innovation, le métavers est bien évidemment dans le radar du ministère de l’Economie et de Luxinnovation. En juillet 2022, le département Market Intelligence de Luxinnovation a mené une étude pour mieux comprendre quelles entreprises se sont positionnées sur le marché du métavers au Luxembourg.

« Il existe actuellement trois principaux projets de métavers au Luxembourg : the Duchy, le Luxembourg Megaverse et un projet prévu par le leader américain du métavers Infinite Reality », explique Sara Bouchon. « C’est un point de départ, mais nous voulions une compréhension plus complète de tous les acteurs qui se positionnent sur ce marché. En plus d’analyser diverses bases de données, nous avons parlé à plusieurs acteurs clés pour obtenir leur avis. Leurs commentaires ont été très précieux et je les remercie tous pour leur contribution ».

Nous voulions une compréhension plus complète de tous les acteurs qui se positionnent sur ce marché.

L’analyse a permis à l’équipe de Market Intelligence de catégoriser les acteurs du métavers luxembourgeois en cinq catégories, en fonction de leur niveau d’implication. « Nous avons appelé la première catégorie les « enthousiastes » du métavers », explique Sara Bouchon. « Ce sont les précurseurs, qui sont impliqués dans les projets de métavers en cours et qui ont des business models basés sur des technologies essentielles pour le métavers, comme la réalité virtuelle et augmentée ».

Les « observateurs » expriment leur intérêt pour le marché, mais attendent de voir comment il évolue avant de s’impliquer pleinement. Les « catalyseurs du métavers » ne sont pas directement impliqués dans la chaîne de valeur du métavers mais peuvent aider à construire l’écosystème et faciliter l’accès au marché. « Cela inclut les centres de recherche et les cabinets de conseil, par exemple », explique Sara Bouchon. Les « premiers utilisateurs » sont des entreprises impliquées dans au moins un des projets de métavers locaux. La dernière catégorie, les « investisseurs », sont des fonds d’investissement situés au Luxembourg qui ont déjà investi dans une ou plusieurs sociétés métavers, bien qu’aucune d’entre elles ne soit actuellement située au Luxembourg.

« Le nombre d’acteurs luxembourgeois répertoriés dans notre étude métavers est encore modeste, mais il est important de prendre en compte la jeunesse du marché », explique Sara Bouchon. Elle souligne également que l’analyse a été faite il y a 6 mois. « Au cas où d’autres acteurs penseraient qu’ils devraient être inclus, nous les invitons à nous contacter à knowledgehub@luxinnovation.lu ».

Un avenir d’opportunités et de défis

Actuellement, le métavers est principalement utilisé pour les jeux et les médias sociaux, mais il existe un énorme potentiel dans d’autres domaines d’application. « Je pense que le métavers donnera naissance à de nouveaux business models dans pratiquement toutes les industries », dit Arnaud Lambert et mentionne, à titre d’exemple, le FIAT Metaverse Store récemment révélé où les clients pourront découvrir, configurer et même acheter la New 500 avec l’aide d’une personne réelle prête à répondre à toutes les questions. « Une autre tendance intéressante est que la composante matérielle du marché – consoles, casques, lunettes, processeurs, etc. – devrait avoir un chiffre d’affaires plus important que le logiciel associé ».

Je pense que le métavers donnera naissance à de nouveaux business models dans pratiquement toutes les industries.

Néanmoins, les défis sont immenses. « L’expérience utilisateur n’est toujours pas au top : c’est lent, ça rame et les interactions laissent souvent à désirer, alors que les attentes des utilisateurs sont très élevées », souligne Arnaud Lambert. « Un métavers n’est toujours pas connecté à un autre, et de nombreux développements seront nécessaires avant que les utilisateurs puissent se déplacer librement entre différents environnements. Construire un métavers d’entreprise de bonne qualité coûte également incroyablement cher ».

Il insiste également sur le besoin de durabilité. « Les besoins importants en puissance informatique, graphique et réseau font que le métavers consomme énormément d’énergie, ce qui est évidemment un enjeu majeur à gérer. Un autre est le besoin de règles, de normes de sécurité et de conformité. Aujourd’hui, le métavers est comme le Wild West où chacun fait ce qu’il veut, mais les risques de sécurité sont bien réels. Les opérateurs collectent non seulement des données sur le comportement des utilisateurs, comme ils le font sur Internet, mais également des données biométriques liées à la façon dont les utilisateurs se déplacent, parlent, etc. Le cadre légal va évoluer, mais cela prend du temps ».

Potentiel infini

Alors, le métavers est-il juste un « buzz » ou la prochaine grande tendance ? Seul le temps le montrera, mais Sara Bouchon et Arnaud Lambert croient en son potentiel pour le Luxembourg. « Le Luxembourg est géographiquement petit, mais le potentiel du métavers est infini », dit Sara Bouchon. « Grâce à notre infrastructure de données et à notre expertise haut de gamme, nous devons absolument continuer à évaluer comment nous pouvons jouer un rôle dans ce développement ».

Toute l'étude

Entering the metaverse market: Key players in Luxembourg
Lire l'étude

Inscription Newsletter

Actualités

Voir toutes les actualités Toutes les actualités

Rester informé(e) avec notre newsletter.

Recevez chaque mois les actualités et les événements à venir.

Vous pouvez vous désabonner de la newsletter à tout moment. Pour plus d'informations sur la manière de se désinscrire, ainsi que sur nos pratiques en matière de confidentialité et notre engagement à protéger votre vie privée, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.